Pourquoi est-ce plus que jamais nécessaire d’apprendre tout au long de la vie ?

En 1944, alors que la Seconde Guerre mondiale faisait encore rage sur la plage d’Ohama, le Congrès américain a discrètement adopté une loi.

Anticipant la fin de la guerre et le retour de millions d’anciens combattants, les congressistes allouent des sommes colossales pour conduire ces jeunes soldats à l’université.

Résultat : dans les années 1950, les universités sont parvenues à les former à de nouveaux métiers essentiels à l’après-guerre, comme l’administration et la comptabilité, tandis que leurs pères travaillaient dans les usines.

Comme l’essor de l’après-guerre, notre époque recèle les mêmes possibilités de requalification et le même besoin impérieux d’éducation. Mais avec les changements technologiques permanents, ce dont nous aurons plutôt besoin, c’est d’une volonté d’apprendre à toutes les étapes de la vie.

Voici pourquoi un esprit d’apprentissage tout au long de la vie deviendra essentiel dans votre futur emploi.

Apprendre à vie : l’énorme fossé des compétences

Partout, des solutions d’automatisation nouvellement conçues prennent en charge des tâches de routine qui étaient autrefois le privilège de la classe ouvrière.

Qu’il s’agisse de plateformes juridiques remplaçant le travail de bureau, de protocoles logiciels automatisant les tâches administratives ou de modèles de synthèse vocale prenant en charge le service clientèle, la situation est tout aussi séduisante. Les professions qui faisaient autrefois la fierté et la stabilité des classes moyennes du XXe siècle sont en train de perdre de leur importance.

Comme toute innovation économique, ces nouvelles solutions ouvrent aussi de nouveaux débouchés et apportent de nouveaux emplois : concepteur de logiciels, community manager, data scientist. Et dans ce domaine, l’offre est croissante et nombreuse, avec des millions d’emplois générés chaque année…

Mais ces nouveaux emplois suffiront-ils à compenser la disparition prochaine de millions d’emplois standards et répétitifs ? On peut en douter en constatant que Facebook ne compte que 20 000 employés alors qu’il compte 1 milliard d’utilisateurs (à comparer aux plus belles années de Ford avec 200 000 employés).

Les différentes crises économiques du début de ce siècle ont progressivement tiré la classe moyenne vers le haut ou vers le bas de l’échelle des entreprises. La délocalisation des usines de fabrication et l’automatisation des processus administratifs n’ont fait qu’accélérer cette tendance et dévaloriser les compétences de bas niveau.

Nous assistons à une polarisation entre les emplois technologiques hautement qualifiés et les emplois peu qualifiés. Ces derniers se retrouvent de plus en plus dans des missions de freelance comme les chauffeurs Uber, les traducteurs en ligne, ou dans des emplois de service avec des salaires stagnants (infirmière ou agent de service client).

On pourrait en déduire que les compétences techniques liées aux données & à l’IA vont devenir essentielles pour booster votre carrière. Mais la réponse est plus complexe.

Compétences techniques et méta-apprentissage

Tout comme les demandes de compétences avaient évolué après la guerre, passant des ouvriers industriels aux employés de bureau, les employeurs recherchent de nouvelles qualifications et aptitudes.

On le voit clairement dans les professions qui ont actuellement la cote sur le marché, comme la conception de logiciels, l’analyse de données et le marketing numérique.

Cependant, malgré la suprématie des hard skills liées aux données et à l’informatique, elles ne sont pas les premiers critères pris en compte par les recruteurs. Au lieu de cela, les recruteurs privilégient de plus en plus les soft skills, déjà bien connues. Selon une enquête de 2016, ils recherchent des travailleurs dotés de « leadership », de « capacités de travail en équipe », de « capacités de communication écrite » et de « résolution de problèmes ». Les compétences techniques spécifiques, comme la « maîtrise des données », n’apparaissent dans le classement que par la suite.

Ainsi, même si les postes techniques sont aujourd’hui très appréciés par les entreprises, cela ne garantit pas une employabilité sûre. Les évolutions technologiques constantes les obligent à s’adapter à des exigences souvent changeantes.

Les nouveaux emplois techniques exigent surtout des compétences hybrides plus larges, telles que l’apprentissage croisé, l’esprit critique et la résolution créative de problèmes. Les personnes doivent prouver qu’elles peuvent cultiver à la fois une expertise dans ces nouvelles technologies et des compétences purement humaines, telles que la réflexion critique sur les données.

C’est ce que démontrent les recruteurs de Google dans leur processus de recrutement. Plutôt que de juger les candidats sur leurs connaissances techniques, ils les soumettent à des exercices collaboratifs de résolution de problèmes. Ils doivent travailler ensemble, partager des idées et montrer leur curiosité, pour traiter des sujets qui sortent de leurs connaissances immédiates. De cette façon, les recruteurs de Google peuvent évaluer leur état d’esprit avant leurs connaissances et s’assurer qu’ils s’adaptent aux défis en constante évolution de l’entreprise.

Le seul moyen de lutter contre la dépréciation des compétences n’est donc pas de s’appuyer sur une formation ponctuelle, mais sur un état d’esprit fondé sur l’apprentissage continu. Les employés doivent apprendre à apprendre, à tirer parti des meilleures stratégies d’apprentissage pour adapter constamment leurs connaissances techniques et leurs concepts mentaux. Ils doivent également être capables de prendre du recul par rapport à leur expertise et d’adopter des perspectives réellement innovantes dans leur domaine.

Et cela signifie qu’ils doivent devenir des apprenants tout au long de leur vie, en trouvant des opportunités d’apprentissage toujours nouvelles à chaque étape de leur carrière et de leur vie.

Devenir et rester un apprenant à vie

Face à la menace du déclassement social, de plus en plus de personnes vont à l’université pour faire des études.

Cependant, il semble qu’une formation universitaire ne suffise plus à élever notre carrière et à nous adapter aux nouveaux besoins des entreprises. La preuve : les salaires des jeunes diplômés stagnent depuis une dizaine d’années.

L’une des raisons en est que le système universitaire tel qu’il a été inventé dans les années 1960 ne répond plus aux besoins de formation qualifiante. À la fin du XXe siècle, les employeurs avaient besoin de travailleurs confiants dans leurs connaissances et leur maîtrise technique pour gérer des systèmes d’information et des équipements techniques prédéfinis. Aujourd’hui, l’université ne peut plus compter sur une formation initiale qui érige les étudiants en experts définitifs de leur sujet.

Avec l’évolution des systèmes de connaissances, un néophyte dans une matière aujourd’hui peut devenir demain un expert dans une nouvelle discipline. Par conséquent, nous pourrions adopter des systèmes éducatifs qui suivent les étudiants tout au long de leur vie, au moment où ils en ont le plus besoin. C’est déjà une nécessité pour des centaines de milliers de travailleurs qui font une pause dans leur carrière et retournent à l’université. Ils demandent un processus d’éducation continue qui leur apporte les connaissances et la structure d’apprentissage nécessaires pour dynamiser leur carrière.

Mais il existe d’autres solutions éducatives que celles fournies par les universités. Qu’il s’agisse de Mooc, de livres ou de podcasts, les individus ont aujourd’hui tout à portée de main pour accéder à un contenu adapté à leurs besoins au moment où ils en ont besoin. L’étudiant a donc désormais tout ce qu’il faut pour prendre le contrôle de son processus d’apprentissage et pour apprendre et faire évoluer ses compétences au gré des changements technologiques et humains.

L’apprenant tout au long de la vie sera le roi du marché du travail de demain !

Don’t Stop Here

More To Explore